Bus 

Prix ÖkoGlobe 2011 décerné à l’autobus hybride MAN Lion’s City Hybrid

Le MAN Lion’s City Hybrid a été élu meilleur bus dans la catégorie «Innovations des véhicules dans les transports publics».

Le jury du césar renommé dédié à l’environnement « ÖkoGlobe 2011 » a récompensé l’autobus urbain hybride MAN Lion’s City Hybrid du troisième prix dans la catégorie « Innovations des véhicules dans les transports publics ». L’autobus hybride de MAN économise jusqu’à 30 % de carburant et ainsi des émissions polluantes de CO2 grâce à une propulsion hybride en série. Le Président du jury Prof. Dr. Ferdinand Dudenhöffer, Directeur du CAR Center Automotive Research de l’Université de Duisburg-Essen, a révélé la liste des gagnants le 6 septembre 2011 à Karlsruhe. Le jury se compose de représentants issus de l’industrie automobile ainsi que des secteurs des transports et de l’environnement.

Le MAN Lion s City Hybrid est déjà en service quotidiennement au sein de plusieurs compagnies de transports publics en Allemagne et en Europe. Son design extérieur, en particulier la coupole surmontant la partie avant sous laquelle est logé l’accumulateur d’énergie électrique, lui confère au premier coup d’œil une apparence futuriste. Ses lignes esthétiques modernes ont déjà été récompensées cette année par le prix red dot award.

La circulation urbaine est le terrain de jeu idéal des bus équipés d’une propulsion hybride en série. Les véhicules standard pesant jusqu’à 18 tonnes sont exploités à des vitesses moyennes faibles et accélèrent sans cesse jusqu’à 40 à 50 km/h pour décélérer ensuite jusqu’à l’arrêt total. Les bus classiques transforment leur énergie cinétique élevée en chaleur au freinage, mais cette chaleur reste inexploitée. Quant au MAN Lion’s City Hybrid innovant, il récupère par contre l’énergie générée lors de freinages et la transforme en énergie de propulsion. À l’aide du dispositif automatique de démarrage/arrêt du moteur dans l’autobus hybride, les exploitants de véhicules peuvent s’attendre à une réduction supplémentaire de la consommation de carburant et des émissions nocives. De fait, les autobus urbains passent entre 25 et 40 % de leur durée de fonctionnement à l’arrêt aux arrêts de bus ou à des feux rouges.