Entreprise  |  MAN SE  |  Responsabilité d'entreprise  |  Bus 

Par le Projet UR:BAN, MAN étudie des systèmes d'assistance pour une mobilité urbaine sûre et effi-cace

À Brunswig, les chercheurs ont présenté un état actuel:  les humains dans la circulation : interaction entre le conducteur et le véhicule  système de transports connectés : assistant vague verte  assistance cognitive : panorama pour véhicules industriels

Dans le cadre du projet de recherche UR:BAN, MAN a étudié la façon dont les véhicules industriels pouvaient s'intégrer de façon sûre et efficace dans la circulation en ville. Après deux ans de travail, les chercheurs du projet UR:BAN ont communiqué le 14 mai à Brunswig les résultats de la première phase du projet. Eberhard Hipp, responsable de la recherche chez MAN Truck & Bus, est coordinateur du projet de recherche : « La circulation en ville est de plus en plus compliquée. Les usagers de la route empruntent des espaces res-treints, ce qui rend les temps de réaction plus courts. Notre objectif, dans le cadre de ce projet, est d'analyser cette circulation à l'aide de systèmes in-novants et de nouvelles technologies, et d'en déduire des stratégies de conduite pour une consommation optimale, d'identifier les situations dange-reuses et de protéger les conducteurs des erreurs. » « Nous souhaitons ainsi apporter une contribution significative à une plus grande efficacité et une plus grande sécurité de la circulation routière. Au centre de cette recherche, on retrouve toujours le conducteur », explique Eberhard Hipp.

Domaine de recherche « les humains dans la circulation » Au sein du projet partiel « les humains dans la circulation », les chercheurs MAN ont travaillé sur la question de fond suivante : Comment le véhicule peut-il transmettre au mieux au conducteur les informations des systèmes d'assistances dans le cadre d’un trafic urbain dense ? Comment les ca-bines des véhicules doivent-elles être équipées pour indiquer précisément les informations nécessaires dans une situation de conduite précise au conducteur ? Etant donné que dans le trafic urbain, de nombreux véhicules partagent un espace restreint et que les conducteurs doivent réagir rapidement à de nouvelles situations avec un niveau de concentration élevé et rapide, la communication entre le conducteur et les systèmes du véhicule joue un rôle essentiel. Aujourd'hui déjà, les véhicules particuliers et industriels sont équipés de nombreux assistants électroniques qui aident le conducteur. L'avantage pour le conducteur comme pour les autres usagers est que les systèmes d'assistance sont toujours en éveil, ne se fatiguent donc jamais, et peuvent l'avertir de dangers et intervenir à la vitesse de l'éclair si nécessaire. À l'avenir, ces systèmes se développeront en quantité. Les assistants ne doivent cependant pas surcharger le conducteur d'indications et d'avertissement. C'est pourquoi l'interface entre le conducteur et le véhicule (interface homme/machine) est un domaine de recherche particulièrement important pour MAN. L'objectif des chercheurs MAN est de réduire au minimum la distraction du conducteur. Les informations doivent être réduites au strict nécessaire et être transmises au conducteur de manière facilement compréhensible. Au cours de la première phase du projet, MAN a travaillé avec des conducteurs professionnels dans des simulateurs de conduite. Les chercheurs ont établi les besoins en informations des conducteurs quand ils se trouvent en situation de conduite inhabituelle où le camion doit choisir automatiquement sa vitesse en ville. Karlheinz Dörner, responsable de la recherche sur l'assistance au conducteur et les systèmes électroniques : « Nous obtenons ainsi une image réaliste des informations fournies par le véhicule attendues et demandées par le chauffeur de camion ou de bus pour une conduite plus sûre et pour comprendre les systèmes du véhicule. Nous avons ainsi appris, par exemple, comment un conducteur doit être informé sur l'assistance « vague verte » pour l'utiliser de façon optimale. » « Nous avons ainsi pu modeler l'interface homme/machine de façon ciblée. Cela inclut aussi bien le matériel (comme les commandes, les affichages, les signaux acoustiques et tactiles), que les logiciels, (par exemple quand et comment des informations détaillées peuvent être affichées). Le résultat devait être l'obtention, pour le conducteur, d'une conduite détendue, efficace et sûre dans la circulation urbaine », résume Karlheinz Dörner. Ce projet partiel a rejoint les autres aspects importants étudiés par MAN dans le cadre de UR:BAN : les assistants « vague verte » et le panorama. Pour ces projets, l'interface conducteur/véhicule a également une grande importance. Elle a donc été étudiée de près. Au cours de la seconde phase du projet, les chercheurs montreront un prototype de cabine dans lequel les résultats obtenus seront présentés de façon concrète.

Domaine de recherche assistant « vague verte » Dans le projet partiel système de transports connectés, MAN a développé un assistant « vague verte ». Il doit utiliser de façon optimale les phases vertes des feux de circulation sur les axes urbains et ainsi générer une économie de temps et de carburant. Une conduite basée sur des calculs prévisionnels permet d'économiser du carburant, en particulier pour les camions et les bus, car l'accélération d'un 40 tonnes de l'arrêt à 50 km/h demande beaucoup d'énergie. Les arrêts fréquents et les accélérations en centre-ville diminuent l'efficacité élevée des véhicules industriels modernes. C'est ce que veulent changer les développeurs de chez MAN. « On peut économiser beaucoup de carburant en faisant rouler le véhicule de la façon précise qui ne nécessitera ni arrêt ni redémarrage. C'est exactement ce que doit permettre l'assistant « vague verte ». Le temps de commutation du feu est transmis au véhicule par un serveur grâce à une radiocommunica-tion mobile. À partir de l'échange de données, le véhicule calcule la straté-gie pour la réalisation optimale de la « vague verte » sur l'itinéraire prévu. C'est donc le véhicule qui choisit seul la vitesse adaptée », explique Walter Schwertberger, chef du groupe de recherche sur les systèmes d'assistance chez MAN. L'infrastructure nécessaire à la communication doit d'abord être créée : les serveurs municipaux de contrôle des feux de circulation doivent envoyer les informations. Le projet UR:BAN y travaille en collaboration avec deux villes pilotes : Düsseldorf et Kassel.

Domaine de recherche panorama pour véhicules industriels Dans le projet partiel assistant cognitif, MAN travaille sur le développement d'un système de vision panoramique pour répondre aux conditions com-plexes de circulation des bus et des camions en ville. Compte tenu de l'espace restreint en ville, les conducteurs d'autobus ur-bains sont confrontés dans leur travail à des défis particuliers. Ce sont, notamment, les passagers qui montent et descendent aux arrêts, les croi-sements avec les piétons et les cyclistes, les rues étroites ainsi que la cir-culation venant en sens inverse et les changements de voie. « Le système de caméras doit proposer au conducteur une vue d'ensemble facile à appréhender de l'environnement du véhicule », explique le chef de projet Walter Schwertberger. Les chercheurs ont, dans ce but, optimisé la représentation de l'environnement à partir d'une vision aérienne virtuelle, particulièrement pour les véhicules industriels. Là encore, l'une des priori-tés est de transmettre l'information au conducteur d'une façon adaptée à la situation. Le système choisit, bien sûr, un angle de vue adapté à une situa-tion de conduite. Par exemple, le coin avant droit d'un véhicule en quittant un arrêt. En ce qui concerne les besoins des véhicules industriels, le projet a fourni un travail de base, car des obstacles techniques doivent être surmontés : comment les images de plusieurs caméras avec des angles différents peu-vent-elles être rassemblées en une seule image que le conducteur peut comprendre d'un coup d'oeil ? Comment peut-on représenter correctement, par exemple, les modifications dynamiques de l'angle pour les autobus articulés ? Le projet de recherche ne vise pas à avertir en cas de situations dangereuses déterminées. Son objectif est un système qui fournisse au conducteur la meilleure vue d'ensemble dans des situations complexes, par exemple lors de manoeuvres.

Le projet de recherche UR:BAN : Dans le cadre du projet conjoint UR:BAN, 31 entreprises, universités, insti-tuts de recherche et villes se sont associés. Ils développent ensemble des systèmes d'assistance au conducteur et de gestion de la circulation en fa-veur de la mobilité urbaine. Leur objectif : un trafic urbain sûr et efficace... et fluide. Le budget total s'élève à 80 millions d'euros, le ministère fédéral de l'économie et de l'énergie (BMWi) le finance à 50 %. Les villes sont au centre de la politique de transports de l'UE, car 70 % des Européens y vi-vent. UR:BAN doit durer jusqu'à 2016.

Pour plus d'informations sur le projet de recherche UR:BAN, consultez www.urban-online.org