Relations investisseurs 

MAN au 1er semestre 2012: Un marché de plus en plus difficile plombe les performances commerciales

Le groupe MAN lui-même n'a pas réussi à échapper à la tendance économique des marchés et a vu décroître son bénéfice d'exploitation durant la première moitié de 2012. Ce phénomène est dû essentiellement à une économie mondiale restée extrêmement affaiblie et à l'incertitude de nombreux consommateurs sur fond de crise de la dette européenne.

La demande de camions et d'autobus a connu une chute significative en Europe centrale et méridionale, deux marchés essentiels pour la vente de véhicules utilitaires. Malgré tout, MAN est parvenu à conserver un carnet de commandes pratiquement constant dans le secteur des véhicules utilitaires durant les six premiers mois de l'année. Les commandes du premier semestre de 2012 chez MAN Latin America ont chuté de 22% par rapport à la même période de l'année précédente, un recul qui s'explique par l'introduction de la norme d'émission Euro V au Brésil, l'évolution défavorable de la conjoncture et des conditions de financement plus sévères. Malgré tout, MAN Truck & Bus a enregistré une hausse de 5% durant la même période. MAN a réussi à compenser la timidité du marché européen par une forte croissance en Russie et dans d'autres régions hors d'Europe – même si cette croissance s'est accompagnée de marges plus étroites dans certains cas. Globalement, le carnet de commandes du groupe MAN s'est monté à € 8,3 milliards au cours du premier semestre de 2012 (l'an dernier: €8,8 milliards / Q2 2012: €4,0 milliards / Q2 2011: €4,4 milliards).

Les recettes du groupe MAN sont restées quasiment stables durant les six premiers mois de 2012. Avec €7,7 milliards, elles ont baissé d'environ 3% par rapport au niveau de l'an dernier (Q2 2012: €3,8 milliards / Q2 2011: €4,2 milliards). La baisse enregistrée au cours du premier semestre de 2012 est due à la régression de 5% des recettes dans le secteur des véhicules utilitaires, qui a rapporté €5,8 milliards. Par contre, le secteur du génie électrique a bien fonctionné puisqu'il enregistre une hausse de 3% et génère €2,0 milliards.

Le groupe MAN a affiché un bénéfice d'exploitation de €471 millions au premier semestre 2012 contre €762 millions l'année précédente (Q2 2012: €218 millions / Q2 2011: €437 millions). Cette baisse est attribuable essentiellement au secteur des véhicules utilitaires qui a vu son bénéfice d'exploitation tomber à €211 millions au cours du premier semestre de 2012 (l'an dernier: €475 millions). La rentabilité du secteur des véhicules utilitaires est plombée par des changements dans le mix de pays et de produits, une forte pression sur les marges et une hausse des coûts. Le secteur du génie électrique s'est avéré une fois de plus un pilier stable, générant un bénéfice d'exploitation de €239 millions et un taux de rentabilité opérationnelle de 12%. Malgré la situation difficile du marché, MAN a poursuivi systématiquement sa stratégie de croissance internationale. L'investissement réalisé se reflète maintenant dans les chiffres. La moins-value constatée sur l'investissement dans Sinotruk Ltd., Hong Kong/Chine, d'un montant de €190 millions, constitue un poste non récurrent dans le bénéfice avant impôts. Elle n'affecte pas la liquidité.

MAN s'attend à voir le marché européen des véhicules utilitaires se contracter de 5% à 10% au cours de l'année dans son ensemble. C'est pourquoi la Direction continue à prévoir une légère baisse des recettes pouvant atteindre les 5% dans le secteur des véhicules utilitaires. L'introduction de la norme d'émission Euro V, l'évolution défavorable de la conjoncture et les conditions plus strictes de financement vont déprimer les recettes et le profit de MAN Latin America. Néanmoins, la région continuera à contribuer de manière positive à la rentabilité. Globalement, MAN s'attend à voir le secteur des véhicules utilitaires générer une rentabilité opérationnelle d'environ 4% au cours de l'année.

Dans le secteur du génie électrique, MAN croit que les tendances à la hausse à moyen et long terme sur les marchés de l'énergie et de l'industrie sont solides et resteront intactes. Pour l'exercice fiscal en cours, MAN continue à attendre une croissance d'environ 5% de ses recettes par rapport à l'exercice fiscal 2011. Il est clair que la rentabilité commerciale restera à deux chiffres, au niveau de l'an dernier.

MAN s'attend donc toujours à une légère baisse de ses recettes pour l'ensemble du groupe. La rentabilité commerciale devrait connaître une baisse de 6% environ, dans l'hypothèse où l'environnement macro-économique ne continue pas à se détériorer.